Coonland
Le Chat
Le Maine Coon
Eleveurs / Breeders
Santé
Nutrition
Législation
Contact
Annonces
News
Liens
Livre d'or
Connexion

Quick search :
 
Nom de la chatterie
Nom du propriétaire
Adresse
Pays
Département (FR)

En 2018, 89167 visiteurs
Document sans nom

Vous

 

Une zoonose (du grec zôon, "animal" et nosos, "maladie") est une maladie animale, microbienne ou parasitaire, qui se transmet de l'homme à l'animal, on parle alors d'anthropozoonose ou de l'animal à l'homme et il s'agit alors de zooanthroponose.

Ces maladies font partie du risque animal, certaines de ces zoonoses étant reconnues comme maladies professionnelles. Il est donc important que les personnes en contact fréquent avec des animaux, et donc notamment les éleveurs, soient informés de l'existence de ces risques.
La liste ci-dessous n'est pas exhaustive, seules les principales maladies, transmises par le chat, sont mentionnées.

La zoonose virale la plus connue est la rage, maladie virale connue depuis plus de 4000 ans, à l'issue toujours fatale une fois les symptômes déclarés et pouvant atteindre tous les animaux à sang chaud, dont le chat. La transmission de l'animal à l'homme se fait par morsure, par l'intermédiaire de la salive.
Si environ 55000 personnes meurent de rage par an dans le monde, il est à noter qu'en France, aucun cas n'a été diagnostiqué depuis 1998 chez un animal autochtone non volant (la précision est due au fait qu'il y a des suspicions en ce qui concerne les chauves-souris...). La France a donc été déclarée indemne de rage en 2001. Cependant en raison de trafics et d'importations illégales, la législation peut évoluer et il appartient à tout possesseur de chat(s) de s'assurer, en fonction de sa localisation géographique, de la nécessité d'une vaccination (de toute façon obligatoire pour les déplacements à l'étranger).

 

Parmi les zoonoses bactériennes les deux plus courantes sont la "maladie des griffes du chat" et la pasteurellose.

La "maladie des griffes du chat" ou "lympho-réticulose bénigne" est due à Bartonella henselae dont la transmission au sein de la population féline semble être assurée par Ctenocephalides felis (puce du chat). Des études récentes ont pu mettre en évidence la présence très fréquente de cette bactérie dans les puces de chat et également des co-infections avec d'autres espèces notamment B. clarridgeaie, B. koehlerae, B. quintana, et Rickettsia felis. Le rôle des dites puces de chat dans la transmission de B. henselae du chat à l'homme a été évoquée mais n'a pas été établie formellement. En fait, l'homme se contamine principalement par griffure ou morsure de chat. Alors que chez le chat cette maladie passe souvent inaperçue, chez l'homme, elle entraîne, dans la majorité des cas, une adénopathie (l'adénopathie est le terme scientifique désignant l’état pathologique d’un ganglion lymphatique [du grec Adéno Adên, Adenos = Glande] dont l'inflammation peut avoir plusieurs origines. Il s'agit de l'hypertrophie d'un ganglion lymphatique) dans le territoire de drainage d'une lésion cutanée due à une griffure de chat. De façon moins fréquente cette zoonose peut également déboucher sur des endocardites ou des angiomatoses bacillaires. Le traitement, suivant le cas et la personne concernée peut aller de quelques semaines à plusieurs mois mais le pronostic est favorable.
Pour prévenir cette maladie, il est proposé de traiter les chats infectés et de contrôler l'infestation des chats par les puces. Il n'existe pas de vaccin contre la maladie des griffes du chat.

La pasteurellose est une maladie due à des bactéries, Pasteurella, normales de la cavité buccale de plus de la moitié des chats. Deux tiers d'entre elles sont pathogènes et lors d'une morsure, on retrouve une fois sur deux cette bactérie dans la plaie. Elles entraînent une inflammation trés rapide et douloureuse qui rétrocède suite au traitement appliqué.
Si la régle première (pas facile à respecter avec notre Felis cattus) consiste à ne se faire ni griffer, ni mordre (en se méfiant des chats "inconnus"), lors de griffure et/ou de morsure, il est important de laver la plaie longuement et abondamment à l'eau et au savon et il est recommandé de consulter un médecin (surtout pour ce qui est des chats "inconnus").

 

De nombreux agents intestinaux félins sont transmissibles à l'homme et de nombreux chats (particulièrement les chatons) sont porteurs de ces agents. Il s'agit donc de zoonoses parasitaires.

Les principales liées à la cohabitation Homme/Chat sont :

Les taeniasis avec le taenia des puces (Dipylidium caninum, petit nématode de 50cm de long dont la larve est, entre autre, un parasite du chien et du chat) qui est transmissible à l'homme mais qui ne provoque que de légers troubles. Le taenia du renard (Echinococcus multilocularis, l'échinocoque est un petit ver plat, de 3 à 6 millimètres de long, hébergé à l'état adulte dans l'intestin du renard, mais aussi du chien et du chat qui se contaminent en mangeant des rongeurs parasités). Il ne provoque pas de troubles particuliers chez ces espèces animales mais chez l'homme la présence de ce taenia entraîne la formation de kystes dans différents organes (généralement le foie) et c'est une maladie mortelle (ramasseur de myrtilles et autres baies dans des zones "à renard", attention !).

Deux vers ronds sont responsables de la toxocarose humaine et en particulier Toxocara cati, parasite du chat. Ces ascaris sont transmissibles à l'homme (la toxocarose est le plus souvent une maladie infantile, atteignant particulièrement les enfants âgés de 2 à 7 ans) par l'intermédiaire de l'environnement (les chats excrétent des oeufs dans leurs selles, ces oeufs murissent et sont ensuite avalés accidentellement par l'homme).

Pour lutter contre ces deux formes de zoonoses (teaniasis et toxocarose), il importe de déparasiter régulièrement le chat, en fonction de son mode de vie et de respecter des régles d'hygiène strictes (se laver les mains, changer les litières, couvrir les bacs à sable et d'y ôter les éventuelles fèces,...).

 

La toxoplasmose, présente partout dans le monde, est une maladie parasitaire dont l'agent est Toxoplasma gondii. Ce protozoaire contamine le plus souvent les animaux à sang chaud (y compris l' homme avec environ 1/3 de la population mondiale ayant déjà été infectée...) mais il est un hôte définitif des félidés.

Les deux formes parasitaires les plus contaminantes sont les oocystes présents sur des plantes ou de la terre souillée par des déjections d'animaux et pouvant passer sur les aliments ou dans l'eau consommée et être ainsi ingérés et la forme kystique présente dans la viande (principalement ovins et caprins). Dans le cas d'ingestion de viande crue ou insuffisamment cuite, les kystes ne sont pas détruits et s'installent dans l'organisme hôte.

Cette maladie qui peut provoquer des poussées de fièvre passe cependant souvent inaperçue. Elle n'est pas dangereuse pour le chat mais peut l'être pour un certain groupe de personnes:

Les femmes enceintes (la toxoplasmose n'est pas dangereuse pour la mère mais pour son foetus) non immunisées (c.a.d celles qui n'ont jamais été atteintes par cette maladie, l'immunité du sujet à de nouvelles attaques étant conférée par la présence d'immunoglobuline) et les individus immunodéprimés.

Les principales précautions de base à prendre sont :

  • bien se laver les mains avant et après la préparation des aliments ;
  • porter des gants lorsqu'on fait du jardinage ou lorsqu'on nettoie la caisse du "minou" ;
  • laver les fruits et légumes avant de les consommer, avec de l'eau vinaigrée ;
  • ne donner aux chats que des aliments cuits, en conserve ou secs (croquettes) ;
  • essayer de garder les chats à l'intérieur pour les empêcher de se nourrir de leur chasse ou de charognes.

Il est nécessaire de rappeler aux femmes enceintes que le chat n'est que très rarement responsable de la transmission de la toxoplasmose. Le risque est quasiment nul si le chat n'a pas accès à l'extérieur et qu'il ne mange pas de viande crue. Il n'est donc absolument pas nécessaire de se séparer de son animal durant cette période comme beaucoup de personnes semblent encore le penser. Il convient simplement de nettoyer les bacs à litière tous les jours et de se protéger avec des gants lors du nettoyage, ou encore mieux, de confier ce nettoyage à quelqu'un d'autre.

 

Il existe de nombreuses autres zoonoses parmi lesquelles la chlamydophilose, maladie bactérienne affectant les yeux des chats mais ne provoquant que des troubles "légers" chez l'homme du type conjonctivite, les affections respiratoires et surtout cutanées. En effet, il existe de nombreux agents cutanés transmissibles du chat à l'homme; puces, acariens, champignons dont un exemple le plus courant est la teigne, mycose cutanée provoquant des lésions plus ou moins étendues, en particulier sur les bras.

J'espère ne pas avoir "fait peur" aux possesseurs de Felis cattus en général, et de Maine Coons en particulier, et ne pas avoir découragé d'éventuels acquéreurs.....

Si vous avez lu attentivement les différents commentaires, vous aurez surement noté que moyennant des précautions d'hygiène et quelques traitements adaptés (vermifuge, anti-parasitaires,...), la plupart des zoonoses mentionnées peuvent être évitées...