Coonland
Le Chat
Le Maine Coon
Eleveurs / Breeders
Santé
Nutrition
Législation
Contact
Annonces
News
Liens
Livre d'or
Connexion

Quick search :
 
Nom de la chatterie
Nom du propriétaire
Adresse
Pays
Département (FR)

En 2018, 43914 visiteurs
Document sans nom

La SMA

La SMA, spinal muscular atrophy ou Atrophie Musculaire Spinale est une maladie neuromusculaire héréditaire récessive . Cette affection se traduit par une dégénérescence des neurones qui commandent les muscles du corps et des membres, en particulier de l'arrière-train. L'aspect "pénible" de cette maladie, c'est que le chat ne souffre pas mais que le propriétaire le voit se traîner "comme il peut" sur ses pattes avant. Cela peut durer des années. En effet, il s'agit d'une maladie évolutive, la progression variant d'un chat à l'autre. En général, les premiers symptômes apparaissent à partir de 3 mois. Vers 5-6 mois, une faiblesse plus ou moins marquée des quartiers arrières se fait jour et la masse musculaire est réduite. Certains chats sont susceptibles de vivre jusqu'à l'âge de 9 ans, avec un handicap plus ou moins sévère (possibilités de difficultés respiratoires et donc d'essoufflement).

La SMA se transmet sur un mode autosomique récessif, ce qui signifie que les deux sexes peuvent être atteints et qu'il faut que le chat soit homozygote pour exprimer la maladie. Il existe également ce que l'on appelle des "porteurs sains" qui sont donc hétérozygotes (une seule "copie" défectueuse du gène LIX1). Ces derniers ne présentent aucun signe de la maladie mais peuvent la transmettre. Il faut pour cela qu'un chat hétérozygote soit "marié" avec un autre hétérozygote (d'après les lois de la génétique, 25% des chatons en moyenne seront atteints de SMA). C'est aux Etats-Unis, à l'université du Michigan que l'équipe du Docteur Fyfe a identifié le gène et la mutation impliqués dans cette maladie en 2005. Il s'agit d'une importante délétion sur le chromosome A1 du chat qui enlève deux gènes (perte d'ADN laissant un chaînon manquant sur le chromosome).

Quelques lignées de Maine Coon seulement sont concernées par cette maladie génétique. Il faut prendre en compte sa découverte très récente d'où un certain manque de recul mais la fréquence de Maine Coon porteurs de SMA serait comprise entre 1 et 5%. De ce fait également, l'absence de porteurs connus publiquement dans un pedigree n'est pas une garantie (les éleveurs n'étant pas forcément tous informés et ceux qui le sont ne souhaitant éventuellement pas en faire mention....).

La même équipe de l'université du Michigan a mis au point un test génétique pour le dépistage de la SMA chez le Maine Coon. Ce test repose sur la détection d'une mutation dans le gène LIX1.

Suite à un transfert de technologie, deux laboratoires français, (Antagène et Genindexe) sont susceptibles depuis fin 2006 de réaliser ce test.

Il semblerait donc souhaitable de dépister cette maladie pour les lignées connues mais aussi pour les étalons qui se reproduisent beaucoup afin de limiter (et ,on peut toujours espérer, éradiquer) cette maladie.

Je tiens à rappeler pour les acquéreurs potentiels que le Maine Coon n'est pas (contrairement à certaines informations que font circuler des éleveurs d'autres races !) plus un chat "à problèmes" que d'autres races pour ce qui est de sa santé mais comme c'est un chat très répandu (en particulier et historiquement aux Etats-Unis), cette race a fait l'objet de nombreuses recherches. Et quand on cherche, avec des équipes performantes (et de l'argent !), on trouve....Quitte à choisir, le Maine Coon, tout en s'assurant que les différents tests ont été effectués, me semble donc un bon choix car bien étudié.