Coonland
Le Chat
Le Maine Coon
Eleveurs / Breeders
Santé
Nutrition
Législation
Contact
Annonces
News
Liens
Livre d'or
Connexion

Quick search :
 
Nom de la chatterie
Nom du propriétaire
Adresse
Pays
Département (FR)

En 2019, 61008 visiteurs
Document sans nom

Dysplasie des hanches

La dysplasie des hanches (HD) chez le chat est une malformation héréditaire due à un ensemble de gènes. Elle se traduit par le fait que la tête du fémur ne s'articule pas « normalement » au niveau du bassin. L'emboîtement des deux n'est pas parfait, parce que l'articulation n'est pas formée tout à fait comme elle le devrait. C'est le sens du mot dysplasie : "défaut de construction".


A cause de cette malformation de l'articulation de la hanche, la tête du fémur n'est pas bien "maintenue" en place : elle peut plus ou moins se déboîter, et, surtout, dans le temps, on observe une usure des cartilages. Ainsi les os peuvent finir par frotter directement les uns contre les autres. Le chat fait de l'arthrite. Le corps peut alors réagir et fabriquer davantage de matière osseuse en compensation, ce qui aggrave en fait les choses.
Dans les cas les plus sévères, la dysplasie se verra "à l'œil nu", parce qu'à cause de son articulation abîmée, le chat boitera ou aura du mal à sauter. Mais dans la plupart des cas, elle passera inaperçue, d'autant plus que les chats sont d'excellents comédiens pour masquer leur douleur.
La dysplasie des hanches touche 6% environ des chats en général, mais son incidence est fortement liée à la race (une population "fermée" au sein de l'espèce féline). Selon les statistiques de l'OFA, le Maine Coon serait la première race féline concernée.

Un mode de transmission polygénique
Une maladie polygénique, comme son nom l’indique, implique plusieurs gènes. Ainsi pour qu'un chat présente une dysplasie des hanches, il faut que plusieurs gènes "défectueux" soient présents et interagissent entre eux. Mais combien et lesquels ?
Il y a une graduation de la sévérité d'une dysplasie, qui est en fait une échelle quasi continue, tous les polygènes apportant un peu de "plus" ou de "moins"ce qui rend forcément les choses plus compliquées.
Ainsi on peut concevoir, dans le cadre d’un croissement,  que la mère porte certains de ces gènes, tout en ayant des hanches normales,  que, le père ait une autre partie de ces gènes "défectueux", mais que dans l'interaction de ses gènes à lui, cela soit compensé et qu'il ait des hanches « acceptables » et qu’ils aient  un chaton très dysplasique.
A défaut de faire des tests génétiques (qui à ma connaissance n’existent pas encore actuellement), il est possible de réaliser des clichés radiographiques et de profiter ainsi des opportunités offertes par le programme de santé de Pawpeds et de l'OFA  pour évaluer l’état des hanches de nos compagnons. Cela ne permettra pas d’éviter le cas de l’exemple ci-dessus mais pourra cependant limiter le nombre de chats atteints. En effet, connaître l'état des hanches de ses chats de reproduction permet d'abord d'éviter les "mariages à risque", dans la mesure où deux chats avec des "hanches pas terribles" ont quand même plus de risques de donner des chatons dysplasiques que deux chats avec des hanches parfaites (voir résultats d’une étude ci-après).
Il n'est pas avisé d'exclure complètement tous les chats avec un signe de dysplasie des hanches d'un programme d'élevage. Il est recommandé aujourd'hui de ne pas automatiquement écarter de l'élevage des chats avec un résultat de test « niveau 1 » sur l'échelle utilisée en Suède, mais de ne croiser ces chats qu'avec des individus ne montrant aucun signe de dysplasie (résultat « normal »).
La dysplasie des hanches chez le chat est une malformation héréditaire due à un ensemble de gènes. Deux chats avec aucun signe de dysplasie peuvent produire un sujet qui développe une dysplasie des hanches. Deux chats atteints de dysplasie peuvent aussi produire des chatons ne montrant aucun signe. Aussi, devrait-on tester une population de reproducteurs à chaque génération pour minimiser le risque du développement de la dysplasie des hanches.

Voici quelques résultats statistiques (2004) d’une étude menée :


Chats testés: 578
--------------------
Résultat normal: 308 (53.3%)
Résultat limite: 61 (10.6%)
Niveau 1: 135 (23.4%)
Niveau 2: 54 (9.3%)
Niveau 3: 20 (3.5%)
Sujets descendant de 2 parents testés et avec un résultat normal:
---------------------
Résultat normal: 52 (67.5%)
Résultat limite: 10 (13.0%)
Niveau 1: 11 (14.3%)
Niveau 2: 4 (5.2%)
Niveau 3: 0 (0%)
Sujets descendant de parents non testés (dont on ne connaît pas l'historique):
----------------------------
Résultat normal: 132 (50.6%)
Résultat limite: 27 (10.3%)
Niveau 1: 59 (22.6%)
Niveau 2: 29 (11.1%)
Niveau 3: 13 (5.4%)


Le nombre de chats testés pour HD et les résultats disponibles en ce moment sont assez réduits mais sont néanmoins promettant. Les statistiques démontrent clairement que les parents à hanches normales produisent en général aussi des descendants à hanches normales, plus que ceux de parents dont l'état des hanches est inconnu.
Les bases de données disponibles permettent donc d'avoir des informations sur la parentèle de ses chats de reproduction, qui, étudiées rigoureusement, permettent d'estimer les risques d'un mariage.

Quelle est l'incidence de la dysplasie des hanches chez le Maine Coon ?

Une estimation, fournie par l'Université de Pennsylvanie, a évalué l'indicidence de la dysplasie des hanches chez le Maine Coon à 45% (étude portant sur 140 Maine Coons, dont 3 présentaient des signes cliniques extérieurs) en 2000.
L'incidence de la dysplasie chez le Maine Coon sur l'ensemble des radios évaluées par l'OFA est de 22,6%.
Dans le cadre du programme de santé HD de Pawpeds, en 2004, si 46,7% des chats évalués présentaient des hanches dysplasiques, « seulement » 3,5% avaient des formes sévères. Sur les mariages entre parents aux hanches normales évaluées à la génération précédente, cette incidence tombait à 32,5% (aucun cas sévère). Cela fonde de bons espoirs, à long terme, d'endiguer progressivement l'incidence de la dysplasie, génération après génération, et, à court terme, d'éviter les mariages à risque pouvant donner des formes sévères, handicapantes et douloureuses pour le chat.

Comment faire évaluer les hanches de ses chats ?

L'évaluation du programme de santé Pawpeds comme de l'OFA est réalisée à partir d'un cliché radiopgraphique, les pattes en extension, parallèles les unes aux autres.

Le programme de santé HD de Pawpeds

Depuis 6 ans, le Swedish Maine Coon Club a mis en place un programme de collecte des radios de hanches de Maine Coons, afin de déterminer l'incidence de la dysplasie dans cette race. D'autres clubs de race ont depuis rejoint ce projet.
Le chat doit avoir plus d'un an pour que les interprétations puissent être conclusives. Auparavant, les résultats sont provisoires.

Comment ça marche ?

Un vétérinaire spécialisé, le Dr. Lars Audell, évalue les radios qui lui sont adressées (Lars Audell - Veterinär AB / Gudby Gård / S-194 92 Upplands Väsby / Suède, pour un coût de l’ordre d’un dizaine d’euros pour un chat)
L'échelle utilisée retient 5 grades :
normal, bonnes hanches, pas d'anomalie,
limite ou « borderline », structure pas tout à fait parfaite mais pas de dysplasie prononcée,
grade 1, la forme la plus légère de dysplasie,
grade 2, dysplasie moyenne,
grade 3, dysplasie sévère,
Vous pouvez voir une illustration de ces différents grades (référence chatterie Ylletrollets).
Les résultats sont publiés sur la base de donnée Pawpeds, avec l'accord du propriétaire (petit onglet [h] à côté du nom du chat).
L'idéal est de marier des chats aux hanches normales. Les chats avec une dysplasie légère (grade 1) ne devraient être mariés qu'avec des chats aux hanches normales.

Tous les liens utiles (en français) :

Présentation générale du programme de santé HD (référence pawpeds)
Radiographie des hanches : infos pour le propriétaire de chats (référence Pawpeds)
Radiographie des hanches : informations pour le vétérinaire  (référence Pawpeds)
Compléments d'informations, par une éleveuse  (référence chatterie de l'Ile des Lionnes)
 

L'évaluation par l'OFA

L'OFA (Orthopedic Foundation for Animals, université du Missouri), dédiée à la santé canine (la plus touchée par cette maladie), a étendu ses évaluations pour la dysplasie des hanches aux chats. Il existe une base de données pour le Maine Coon.
L'évaluation définitive n'est effectuée que si le chat a plus de 2 ans. Auparavant, les résultats sont préliminaires.

Comment ça marche ?

On envoie ses radios et elles sont évaluées par les vétérinaires spécialisés en orthopédie de l'OFA (Orthopedic Foundation for Animals, Inc. / 2300 E. Nifong Blvd. / Columbia / MO 65201-3856 / USA. Comptez une trentaine de dollars pour un chat)).
L'échelle utilisée a 7 niveaux :

  • excellent / bon (good) / correct (fair)
  • limite (borderline)
  • dysplasie légère (mild) / dysplasie moyenne (moderate) / dysplasie sévère (severe)

Voir les illustrations des différents grades! photos de hanches de chiens).
Les résultats seront publiés sur la base de données de l'OFA.
L'OFA ne recommande de mettre en reproduction que les chats évalués comme ayant des hanches normales (excellentes, bonnes ou correctes) avec cette échelle.

Tous les liens utiles (en anglais)

Description du processus d'évaluation
Base de données de l'OFA.
 

Attention : Ni Pawpeds, ni l'OFA ne retournent les clichés. Pour conserver une copie, il faut donc demander un second exemplaire au vétérinaire qui fait la radio.

Une autre technique d'évaluation a été mise au point par le programme PennHIP de l'université de Pennsylvanie: en plus de l'axe flexion/extension, elle prend en compte d'autres axes, pour évaluer notamment la laxité de l'articulation, considérée comme le signe premier de la dysplasie.
Pour cela, outre la vue en hyperextension, deux autres clichés sont pris, dans d'autres positions : la vue en distraction, qui examine si l'articulation est lâche, c'est-à-dire si la tête fémorale sort de son axe, et la vue en compression, qui sert à préciser la congruence de la tête fémorale et de l'acétabulum (illustrations des trois vues), les images parlant plus qu'une tonne de mots compliqués).
Un indice est calculé à partir de la vue en distraction, l'indice de distraction ou indice de laxité (distraction index, DI). Un indice à 0 veut dire qu'il n'y a aucune laxité de l'articulation. Un indice égal à 1 signifie une laxité maximale, c'est-à-dire que la tête du fémur sort complètement de l'acétabulum.
Dans une étude sur 82 Maine Coons, dont un tiers étaient dysplasiques, l'indice de distraction moyen était de 0,51. Aucun chat avec un DI inférieur à 0,4 n'a présenté de problèmes articulaires.
Comme cette méthode d'évaluation demande un équipement spécial et une formation à son utilisation, ce procédé est encore très peu disponible pour les éleveurs dans le cadre d'un dépistage. En revanche, si on a un chat atteint de dysplasie, il peut être utile de le rapporter au Dr. Murphy, afin de faire progresser les recherches. L'université de Pennsylanie travaille en collaboration avec le laboratoire du Dr. Lyons (Feline Genome Project) pour caractériser l'hérédité de la dysplasie des hanches chez le chat.

Patella luxation

Un autre problème articulaire peut affecter nos compagnons : La luxation de la rotule ou Patella luxation en latin. L'articulation du genou présentant des "défauts", la rotule a alors tendance à se déboîter.
Ce problème est très peu documenté chez le chat. De multiples causes peuvent potentiellement conduire à une luxation de la rotule (facteurs extérieurs comme la "mauvaise chute", problème congénital, prédisposition héréditaire...). Il y a plusieurs formes différentes de laxité de l'articulation.
Des études ont cherché s'il pouvait y avoir corrélation entre la dysplasie des hanches et la Patella luxation. Quand un chat présente une dysplasie des hanches, il a trois plus de risque de présenter aussi des problèmes d'articulation de la rotule. Reste à confirmer un tel lien et à le déterminer... symptôme secondaire, "mécaniquement" à cause de la mauvaise forme de la hanche ? une partie des mêmes polygènes impliqués mettant sur une piste héréditaire ?
Néanmoins, une Patella luxation peut apparaître indépendamment d'une dysplasie des hanches. Il n'a pas été conclu à une corrélation forte. En revanche, il a été estimé que l'incidence de la Patella luxation pourrait être plus importante chez le chat qu'il n'avait été pensé auparavant

.
A savoir : l'OFA peut aussi faire l'évaluation des genoux (recherche de Patella luxation) en même temps (15$ pour l'évaluation d'un chat / 10$ par chat à partir de 3 / 7,50$ à partir de 5). Une base de données (pour l’instant réduite à quelques chats) a été démarrée pour le Maine Coon.